Activité au rucher au mois de Mai

 

Pour notre secteur, les premiers essaims ont été signalés troisième semaine d'avril, suivi d'un grand coup de froid avec pour conséquence le blocage de nos abeilles à l'intérieur de nos ruches pour assurer la couverture et le réchauffement du couvain. Pour les ruches les plus fortes où nos butineuses s'employaient déjà à remplir la première hausse, ce blocage d'une grande masse d'abeilles peut avoir des conséquences sur l'envie d'essaimer dans les prochaines semaines; d'où une visite obligatoire pour nous apiculteurs amateurs, tout faire pour maitriser cette envie .

 

 Les températures remontent enfin en ce début de mois, les fleurs abondent et attendent à présent la visite de nos avettes. L’air est tonifiant, l'activité débordante  ne tardera pas à l’entrée de nos ruches au premier rayon de soleil. Nous aurons ainsi le plaisir à voir les navettes incessantes de nos abeilles chargées de pollen, d’eau et de nectar indispensables au bon développement des colonies mais aussi au remplissage de nos hausses.

 

 Pour ceux qui ont suivi nos conseils de "stimulation maitrisée"; dès l'ouverture de la ruche, vous constaterez que vos abeilles occupent à présent toute la surface avec de beaux nids à couvain sur 7 à 8 cadres; vous observerez aussi que le cadre gaufré mis à bâtir précédemment à bien été construit et que la reine s'est empressée d'y pondre. Nous profiterons de cette visite pour continuer à réformer un ou deux vieux cadres et par la même occasion à recentrer notre nid à couvain, le ou les cadres mis à bâtir seront toujours positionnés à coté du dernier cadre de couvain. Vous observerez la présence des premiers beaux mâles.

A présent, tous les sept jours lors de la visite de nos ruches, nous appliquerons la règle de vigilance et de surveillance de la présence ou non de cellules royales et cela pendant toute la durée de la période d'essaimage.

 

Lors de ces visites, il n'est pas nécessaire de rechercher la Reine, la présence de ponte fraiche rassure sur la présence de celle-ci; la présence d'amorces de cellules de sûreté construites par les abeilles est normale dans la mesure où il n'y a pas d'œuf à l'intérieur.

 

Par contre, si nous trouvons une ou plusieurs cellules royales, nous les détruirons soigneusement une par une; soyez vigilants, parfois celles-ci sont très bien cachées. Il sera peut être nécessaire de secouer les abeilles pour avoir une bonne visibilité sur les contours des cadres de couvain. La ou les ruches concernée(s) seront repérées pour une attention particulière lors de la prochaine visite.

 

En général deux fois sur trois il n'y aura plus de cellules royales; si malheureusement celles-ci sont encore présentes, nous les détruirons une deuxième et dernière fois. La 3éme fois nous supprimerons la reine et ne laisserons qu'une cellule royale.

 Ce mode opératoire permet souvent de sauver la première grande miellée, mais surtout d'éviter et de maitriser tant soi peu l'essaimage; d'autres possibilités existent par la division de la ruche pour ceux qui veulent augmenter leur cheptel.

 

Pour les ruches un peu plus faibles au départ, la pose de la première hausse ne tardera guère, n'oublions pas la mise en place de la grille à reine si nous ne souhaitons pas retrouver du couvain dans celles-ci.

 

Pour le positionnement des hausses suivantes, nous attendrons que la première soit remplie aux trois quarts avant de positionner la suivante.

 

Votre présence sur notre rucher sera toujours source d'enrichissement lors des manipulations et de la conduite de nos ruchettes d'élevage.

 

A présent, il nous reste à attendre la prochaine visite et à espérer une météo très favorable.

 

Bon courage et bonne miellée.